Par Claudette Cormier

mercredi 10 mai 2017

Chevalier simili-gambette

En fin de semaine dernière, Germain et moi étions au Grand Marais de Métabetchouan pour observer les oiseaux. Soudain, mon partenaire m’a signalé qu’un chevalier présentait des caractéristiques spéciales. L’oiseau était de la taille d’un Grand Chevalier et son bec était bicolore, jaune-orange vif et noir. La couleur des pattes jaune-oranges était également très intense. Au départ, nous avons pensé qu’il pouvait s’agir d’un Chevalier gambette, une espèce qui niche en Europe. Comme nous avons déjà recensé un Chevalier aboyeur (autre espèce européenne) dans ce même marais il y a plusieurs années de cela, nous avons concentré nos efforts d’observations sur cet individu en l’examinant sous toutes ses coutures.

Nous avons passé une heure à observer soigneusement le plumage et les critères de l’oiseau. Pour ajouter au défi d’identification, le chevalier était loin dans le marais. C’est la prise de photos par digiscoping qui nous a permis de prendre des photos du chevalier. De mon côté, je prenais des photos également avec les moyens du bord. Plus nous regardions l’oiseau, plus nous dénotions des critères qui n’allaient pas avec le Chevalier gambette. En fait, il s’agissait d’un Grand Chevalier présentant une anomalie de couleur au bec. Même que le bec semblait trop fort à sa base.

Grand Chevalier comportant une anomalie de couleur au bec (photo Germain Savard)

Autre angle de vue sur le Grand Chevalier (photo Germain Savard)

Afin de mettre un terme à tout doute qu’il pouvait s’agir d’un Chevalier gambette, il y a une photo qui détruit le fait qu’il aurait pu s’agir de cette espèce. L’oiseau qui se nettoie dévoile son croupion au sommet carré et ses rémiges primaires entièrement foncées. Ces critères correspondent à un Grand Chevalier. Si cela aurait été un Chevalier gambette, il y aurait un grand V blanc remontant dans le dos en partant du croupion. Sur les rémiges primaires, nous aurions vu du blanc franc sur celles-ci, ce qui n’a pas été le cas.

Croupion carré au sommet et rémiges primaires foncées

Évidemment, nous aurions bien aimé qu’il s’agisse d’un Chevalier gambette. Mais nous sommes contents d’avoir fait du bon travail d’identification. Observer les oiseaux nous apporte des défis de ce genre parfois. Le travail d’enquête d’ornithologues est important.

Bonne semaine à tous et bonnes observations!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire