Par Claudette Cormier

mercredi 6 janvier 2021

LES QUATRE FAÇONS D’OBSERVER UN OISEAU

Ce n’est peut-être pas ce que vous pensez. Je sors temporairement des sentiers battus afin de vous livrer un texte philosophique. Je vous offre ma vision personnelle quant à l’observation d’un oiseau. Lorsque nous apercevons un oiseau, notre tableau de bord interne peut s’allumer sur quatre plans de notre être soit : physique, mental, émotionnel et spirituel. En résumé, voici en quatre temps ce qui se trame consciemment ou inconsciemment dans tous les aspects de notre être. Nous pourrions tout aussi bien troquer l’oiseau pour tout élément de la nature dont nous observons.

Alouette hausse-col

L’aspect physique de l’observation :

Qu’arrive-t-il lorsque nous apercevons un oiseau intéressant pour nous? D’abord, nos sens s’aiguisent. Nos yeux brillent pendant que nous voyons celui-ci et braquons nos jumelles sur lui. Nos oreilles sont alertes pour écouter un cri ou un chant. Notre coeur bat plus vite. Notre respiration s’accélère. Nos jambes s’activent alors que nous nous dirigeons en sa direction afin de l’observer de plus près. Ainsi, le corps est mobilisé pour pratiquer cette observation ornithologique.

L’aspect mental de l’observation : 

En observant notre oiseau, notre sens analytique rentre en ligne de compte. En premier lieu vient l’identification de l’espèce. Nous regardons son plumage, sa forme, sa taille, sa façon de se déplacer et observons autres critères d’identification. Tout cela en quelques instants. Puis, nous le consignons sur notre liste. Le soir venu, nous pouvons effectuer quelques recherches supplémentaires quant à l’espèce observée pour en savoir un peu plus à son sujet. Le monde scientifique et analytique nous appartient.

L’aspect émotionnel de l’observation : 

L’oiseau est devant nous. Soudain, nos émotions font surface dans notre conscience. Excités, nous le trouvons beau ou merveilleux. Notre coeur émane de la joie et du plaisir à l’observer. Toutes sortes d’émotions traversent notre âme. Cette rencontre avec l’oiseau est pour nous un instant spécial. Le coeur joyeux, nous retournons à la maison ravis de cette rencontre avec cette espèce. 

L’aspect spirituel de l’observation : 

En étant près de l’oiseau, nous éprouvons de l’admiration ou de l’amour pour lui. Nous l’aimons à ce point que nous respectons son espace vital, pour sa survie. Notre compassion fait que nous nous mettons à sa place. Il a peut-être faim? Il est peut-être fatigué? Se sent-il menacé par ma présence? Que vit-il? Que ressent-il? Comment puis-je l’aider et le protéger? Notre bienveillance, c’est ce dont il a besoin. Dans cet aspect de nous-mêmes, notre conscience personnelle est sollicitée. Nos sens les plus développés font qu’on communie avec lui. Nous ressentons ce qu’il ressent. 

CONSCIENCE - COMPASSION - CONTEMPLATION - GRATITUDE

Nous sommes tous reliés les uns avec les autres. Tous les Grands Sages qui ont foulé la Terre l’affirment. Nous ne faisons qu’UN : avec cet oiseau, l’humain, la planète Terre et l’Univers. C’est vers ce but noble que nous nous dirigeons, consciemment. De prendre le temps afin de respecter la nature sous toutes ses formes, de l’apprécier et d’éprouver de la gratitude. La beauté de Gaïa est sans fin.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire