Par Claudette Cormier

lundi 27 février 2017

Un soleil en feu!

Bonjour chers amis! Entre les épisodes de verglas, de pluie et de neige que nous avons traversé dernièrement, disons qu'un beau coucher de soleil (hier) nous fait le plus grand bien. Nous sommes en transition entre l'hiver et le printemps ce qui n'est pas toujours facile à vivre avec tout les soubresauts de dame météo. Et comme nous manquons cruellement d'ensoleillement depuis des mois, nos hormones veulent s'abreuver de lumière! C'est avec raison que nous avons le goût de passer plus de temps dehors ce qui est une très bonne chose! La piqûre d'observer les oiseaux s'accentue également et avec raison... La migration des oiseaux commence dans la région avec l'arrivée de quelques espèces de goélands. On va se sortir encore d'un autre hiver que nous allons vite oublier!

Le soleil au coucher illumine les glaces dans le fjord du Saguenay

Des couleurs orangées intenses magnifiques

jeudi 23 février 2017

Une mouche fait-elle le printemps?

Hier le 22 février, le temps était splendide. Le soleil avait percé les nuages et la petite neige sur la galerie fondait à vue d'oeil. Il a fait 4 degrés Celsius et les vents étaient absents. C’était une journée où pour la première fois, nous pouvions secrètement nous dire que nous sortions de l’hiver. Dans la maison, j’ai cessé ce que je faisais et je suis allée dehors m’asseoir sur une marche de l’escalier. C’était vraiment bon, le soleil me chauffait le visage. Je ne portais qu’un gilet sans le port d’un veston d’hiver. Je prenais le temps de savourer la lumière et la chaleur provenant du soleil tout en respirant plus profondément. Quelques Mésanges à tête noire passaient tout près émettant leurs petits cris joyeux. Oui… c’était vraiment bon, un moment délectable.

En regardant autour de moi, j’ai soudainement aperçu un gros point noir sur la neige en bas de la galerie. Mais, que vois-je? C’est une mouche domestique! Elle était vivante mais disons qu’elle n’était pas des plus vigoureuse. Je ne sais pas si je dois me réjouir finalement. Dans ma région nordique, nous les voyons en avril, pas en février. Il y a de quoi faire une réflexion en parlant des changements climatiques. Nous sommes dans un grand véhicule nommé Terre et nous ne savons pas ce qu’il adviendra de l’environnement, de faune, de la flore, des animaux et de nous.

La mouche domestique sur la neige

Je suis retournée dans la maison pour en ressortir avec la caméra afin de photographier la mouche en question. Puis devant la galerie se trouve une petite colonie de Sumacs vinaigriers, les épis à moitié mangé par les Gros-becs errants au cours de l’hiver. L’ombre des tiges des arbustes qui s’étire sur la neige scintillante est agréable à observer. Le contraste de l’ombre est plus prononcé puisque la lumière du soleil est plus forte. Un autre moment de zénitude qui me remplit le coeur…

L'ombre des tiges de vinaigriers

mercredi 22 février 2017

Mes nouveaux livres numériques!

Bonjour chers amis! C’est avec joie que je vous partage une grande nouveauté dans ma vie. Un rêve que je caressais depuis longtemps se réalise enfin et je suis très excitée de cet événement. Depuis hier, trois de mes premiers livres numériques sous forme PDF sont disponibles en ligne! Il s’agit de livres portant sur la macrophotographie de glaces. En 2011, j’avais commencé à explorer les battures de Saint-Fulgence tard l’automne et j’y ai fait de merveilleuses découvertes. Inspecter l’intérieur des glaces avec la caméra m’as révélé un univers magnifique et insoupçonné. Ces livres sont le fruit de mes meilleures photos.

Une multitude de bulles

Si vous êtes une personne sensible sur la beauté de la nature, vous serez soufflé par les formes et les textures diverses qui sont cachées dans les entrailles des glaces. Je joins ici les trois liens qui vous mèneront directement aux trois tomes de Glaces sur le site de Payhip. Il ne vous en coûtera que 2.99$ par tome. Vous serez très heureux de votre achat soyez-en assuré. De plus, vous ferez l’achat d’un produit régional (Saguenay-Lac-Saint-Jean) ainsi qu’un achat fait au Québec par les gens de chez nous. Pour vous donner une petite idée, les photos présentes sur ce message se retrouvent dans mes tomes de glaces. Chaque photo portera un titre artistique ou poétique.

Je vous REMERCIE INFINIMENT de m’encourager comme artiste sensible à la beauté de la nature et comme photographe amateur. Vous faites partis de ma consécration et j’en suis fort heureuse!

Glaces Tome l

Glaces Tome ll

Glaces Tome lll

Une belle nature-morte 

Des formes géométriques présentes dans la glace

lundi 20 février 2017

La Gélinotte huppée en vidéo

Bonjour à vous tous... Voici une vidéo représentant une Gélinotte huppée au crépuscule qui s'alimente de strobiles. Ça fait tout drôle de voir ces grosses poules jouer à l'équilibriste pour attraper les épis qui restent au bout des branches. Bon visionnement!


La gélinotte en action

La vie crépusculaire de la Gélinotte huppée

Bonjour chers amis... Aujourd'hui, je vais vous parler de la Gélinotte huppée et de son petit secret. Comme ma résidence est située en bordure de forêt, j’ai souvent l’occasion de les admirer presque à chaque soir. Chaque soir? Oui. Chaque soir durant le crépuscule. Afin d’échapper aux prédateurs comme les hiboux et les rapaces diurnes tel l’Autour des palombes, les gélinottes se juchent haut dans les bouleaux lors du crépuscule avancé dans le but de s’alimenter. Lorsque la lumière du jour est très tamisée, entre chien et loup comme dit l’expression populaire, ces poules des bois se sentent à l’aise pour sortir du couvert forestier. À ces heures où il reste environ une demi-heure de clarté, les Autours de palombes sont dans l’impossibilité de chasser. Il fait trop sombre. Et quant aux hiboux comme le Grand-duc d’Amérique, il n’est pas encore actif au crépuscule.

Avez-vous vu la gélinotte en haut à gauche de l'image?

Gélinotte juchée dans un bouleau en fin de journée
Pourquoi les gélinottes sortent spécifiquement au crépuscule pour se jucher dans les bouleaux? C’est parce qu’elles adorent consommer des strobiles. Les strobiles sont de petits épis regroupés au bout des petites branches de bouleaux à papier. Les graines de l’arbre sont logées dans les strobiles. Les gélinottes en raffolent. En sortant au crépuscule et en se perchant haut dans les bouleaux, les poules peuvent s’alimenter de ces graines en paix, sans avoir peur de se faire attaquer. Ainsi, lors des mois d’automne, d’hiver et au début du printemps, il devient plus facile de repérer les gélinottes en fin de journée. Une petite randonnée de votre part au crépuscule augmente les chances de les observer. Voilà donc pour leur petit secret…

Gélinotte sur le point d'attraper un strobile

Comique le fait que les strobiles ressemblent aux doigts des gélinottes

mercredi 15 février 2017

Des vitamines pour les yeux!

Bonjour chers amis! Je souhaite vous partager ce magnifique coucher de soleil pris à Saint-Fulgence. Le ciel prend des couleurs plus chaudes, la lumière devient plus vive, le soleil migre rapidement vers l'ouest, le crépuscule s'étire, la température s'adoucit... que de bonnes nouvelles! Saviez-vous que les Celtes fêtent l'arrivée du printemps le 1er février? J'ai adopté cette philosophie car les changements dans l'environnement commencent en février. Malgré les revers de la météo, je me concentre sur les beaux changements qui nous font signe!

Des couleurs qui nous réchauffent le coeur

lundi 13 février 2017

Excursion du dimanche

Enfin une journée ensoleillée… Quoi de mieux que d’aller faire une petite virée au Lac Saint-Jean pour y observer quelques Harfangs des neiges qui semblent rares cet hiver dans la région. Dans les habitats champêtres, nous avons eu l’occasion d’admirer deux hiboux qui se prélassaient longuement au soleil. J’adore les regarder alors que leurs yeux sont plissés à cause de la lumière vive malgré les -23 degrés Celsius de ce dimanche matin. Dû au froid glacial, presque tous les oiseaux observés sur notre chemin étaient regroupés, juchés haut pour accueillir le soleil qui grimpait tranquillement dans le ciel bleu hivernal. On aurait dit que le monde ailé et humain se sont dits : « Ah… du soleil, enfin… Que ça fait du bien! »

Quant aux Grands Corbeaux qui passaient dans le secteur où les harfangs étaient présents, ces premiers ne se sont pas gênés pour aviser les hiboux qu’ils n’étaient pas les bienvenues. Mon partenaire et moi avons été impressionnés par la taille des Grand Corbeaux à côté des Harfangs des neiges. Un harfang, c’est gros… mais un corbeau aussi! Ce sont de vieux ennemis qui se connaissent très bien. Le hibou sur la photo du bas n’a pas bronché d’un iota face au piqué de la part du corbeau. Le corvidé lui a poursuivi son chemin et le hibou a continué son bain de lumière en toute quiétude. Quant à nous, nous avons quitté les lieux pour explorer les environs. Ce fut une journée où nous avons gelé tout rond, mais dont le cœur s’est réchauffé à observer ces magnifiques oiseaux nordiques.

Harfang aux yeux plissés par le soleil

Un autre harfang prenant un bain de soleil

Le corbeau qui houspille le hibou

vendredi 10 février 2017

Feu et glace

Bonjour à vous chers amis! Nous voilà déjà au 10 février et c'est fort heureux.... La lumière du jour s'accroît, le soleil dégage un peu plus de chaleur et bientôt, les oiseaux migrateurs seront de retour dès le mois prochain dans notre belle région. C'est très encourageant!

En ce jour de pleine lune, accompagnée d'une éclipse lunaire, je vous partage deux photos qui me font très plaisir. Elles ont été prise hier le 9 février. Les clichés démontrent les contrastes entre les couchers de soleils qui deviennent plus colorés et la glace et le givre qui sont encore présents. Des éléments de la nature de grande beauté!

Coucher de soleil tout feux tout flamme

Givre dans ma fenêtre illuminé par la lune qui se lève

mercredi 1 février 2017

Dans le ciel crépusculaire et nocturne

Bonjour! Hier soir le 31 janvier 2017, le ciel s'est enfin dégagé. Depuis des semaines, le plafond est demeuré nuageux, de jour comme de nuit. L'astre du jour qu'est notre soleil ainsi que les astres nocturnes brillaient par leur absence.

Je ne sais pas si dernièrement vous avez remarqué cette grosse « étoile » hyper-brillante au crépuscule et en début de soirée au sud? Il s'agit de la magnifique planète Vénus. Durant le crépuscule d'hier soir, il y avait une conjonction entre la lune croissante, Vénus et Mars formant un beau triangle. Je vous présente donc mes photos très amateur de la conjonction. Vaut mieux agrandir les photos en cliquant dessus pour y voir plus clair.

Les jours qui viennent avec le froid annoncé devrait permettre de revoir ces astres à nouveau, mais peut-être pas en conjonction. Bon visionnement crépusculaire et nocturne!

Dans le crépuscule, la lune et Vénus

La lune en bas, Vénus à droite et Mars en haut de la lune